Accueil Essayer Retour sur mon Yoga Teacher Training en Thaïlande

Retour sur mon Yoga Teacher Training en Thaïlande

par Caroline
doi-suthep-chiang-mai

C’est incroyable. Il y a 15 jours, je terminais mon Yoga Teacher Training au studio Wild Rose avec Pranaya et quittais Chiang Mai où j’ai vécu 5 semaines. En y allant, je ne savais pas à quoi m’attendre. Je ne sais même pas si j’avais une attente particulière au final ? En tout cas, l’expérience que j’ai vécue est au-delà de ce que j’aurais pu imaginer.

Studio Wild Rose Chiang Mai
Wild Rose à Chiang Mai

5 semaines de muscles endoloris, de pincements dans les articulations, de larmes, de rires, d’interrogations, de piqûres de moustiques, de sueur, beaucoup de sueur…
C’est à ce jour l’expérience la plus riche que j’ai vécue.

Programme quotidien : 

  • 7h00-9h30 : pratique matinale
  • 9h30-12h00 : break
  • 12h00-14h00 : théorie et pratique
  • 14h00-15h00 : break
  • 15h00-17h00 : pratique et ajustement postural
  • 17h30-19h00 : Bakthi Yoga (les dimanches)

Pratique physique orientée Hatha et Vinyasa

La formation était principalement axée sur la pratique du Hatha et du Vinyasa. Nous avions 2h30 de pratique le matin et 2h00 l’après-midi. 4h30 par jour. Soyons honnête : c’était intense. Beaucoup d’entre nous ont vu leur corps s’épuiser au fil des jours. 
En ce qui me concerne, j’ai réellement commencé à fatiguer à la fin de la troisième semaine. Mais curieusement, ça me motivait. Parce que cela me donnait envie d’aller plus loin et de sortir de ma zone de confort.

Dès la première semaine, nous avons été jetés dans le grand bain de l’enseignement. Commencer par donner un cours de 15 minutes à une personne, puis 30 minutes à deux autres, ensuite 30 minutes à 5 personnes, pour finir par 1 heure au groupe entier.

Cette progression dans l’enseignement est sans aucun doute un point fort selon moi. Personne n’avait peur. Tout le monde était excité à l’idée de donner son propre cours avec ses propres termes, ses propres vibrations.

Anatomie

Ma formation comprenait 25 heures d’anatomie. Alors oui, c’était complexe, surtout lorsque l’on n’a pas de background ou de sensibilité scientifique ou médicale. L’idée de lire le manuel que nous avions reçu aurait pu donner la migraine à n’importe qui. Mais comme c’était intéressant ! Parce que les cours étaient peu concentrés sur la théorie et largement sur la pratique

Pour comprendre ce qu’il se passait dans mon corps lorsque je ressentais un pincement entre mon bassin et ma hanche ou un étirement trop intense derrière mon genou, je pratiquais les postures en temps réel, ressentais ce qu’il se produisait, prenais des notes, testais et re-testais la posture. 

Comprendre comment garder des genoux en bonne santé, mieux aligner ses hanches pour conserver une bonne amplitude de mouvement ou allonger sa colonne vertébrale pour réduire le risque de déchirures ou ruptures discales… c’était passionnant

Ces 25 heures, et l’extraordinaire Gernot Huber, m’ont permis d’anticiper les désagréments que je pourrais ressentir à l’avenir, mais aussi d’expliquer aux élèves ce qu’il se passe dans leurs corps, là où avant je ne pouvais répondre à leurs questions.

Autre point, comme les problèmes de dos constituent le mal de notre Siècle, j’étais particulièrement intéressée par les asanas qui étaient recommandés si l’on souhaite corriger certains problèmes posturaux.
Je vois en effet tous les jours, partout, dans toutes les situations, des personnes qui ont une posture “naturelle” résultant de notre mode de vie : mal assis sur notre chaise, accoudés sur notre bureau, cou sous tension et tête baissée vers notre smartphone… Un désastre pour notre colonne vertébrale ! Et Gernot a su brillamment nous expliquer les postures qui permettent des améliorations significatives pour le dos si on les pratique sérieusement.

Histoire et Philosophie du Yoga

Beaucoup de récits expliquant la Philosophie autour du Bouddhisme et la naissance du Yoga sont issus de légendes. Alors on y croit ou on n’y croit pas. Mais ces cours étaient une parenthèse bienvenue dans notre pratique. Et d’ailleurs, j’ai appris que “Yoga” ne signifie pas “Unir” ou “Union” comme tout le monde semble l’affirmer.

« Yoga » qui vient effectivement de la racine « Yuj », signifierait plutôt « To contemplate » ou bien « Application of means ».

Initiation à l’Ayurveda

La révélation de cette formation ! L’Ayurveda, j’en avais entendu parler, mais pas assez pour comprendre cette discipline.

“Ayur” qui signifie “Vie” et “Veda” qui veut dire “Science”, une science de la Vie qui a été établie grâce à l’observation de la nature et de ce qui nous entoure, où on s’est aperçu que tout organisme vivant est constitué de 5 éléments (Ether, Air, Terre, Eau, Feu) qui travaillent en synergie et forment 3 énergies vitales qui circulent. 

Les énergies Vata (le mouvement), Pitta (la transformation) et Kapha (la matière) sont présentes dans tout être à des pourcentages différents. Et bien qu’il y ait toujours une énergie dominante en nous, l’équilibre des 3 vous maintient en bonne santé.

Ce que j’en comprends, c’est que l’Ayurveda est en grande partie du bon sens. Grosso modo, l’Ayurveda considère que notre bonheur ou notre malheur résultent de notre état de santé. Ainsi, pour équilibrer notre corps et notre esprit, il s’agit de mettre en pratique de bonnes habitudes alimentaires et de vie.
Si les conseils sont appliqués correctement, on peut voir une amélioration significative sur notre bien-être.

C’est peut-être expliqué un peu rapidement, mais l’idée est là. 

En tout cas, c’est une science qui m’intéresse et que j’aimerais découvrir davantage lors de workshops ou autres.

La vie à Chiang Mai

Coconut Chiang Mai
Fresh coconut!

Merveilleuse découverte que fut Chiang Mai. En 5 semaines, je l’ai parcourue en long, en large et en travers ! 

On y découvre des temples à tous les coins de rues. Des petits et surtout des immenses. D’excellents restaurants végétariens loins des grandes rues principales comme AUM Vegetarian ou Morning Glory. Des marchés comme le JingJai Market, réservé aux producteurs de fruits et légumes biologiques et produits artisanaux.

Je me suis baladée à Chiang Mai sans la moindre appréhension et avec l’idée d’accueillir ce qui allait se présenter à moi.

Ce que j’en retire…

walk-doi-suthep
En marchant vers Doi Suthep

J’ai longtemps pensé à réaliser ce voyage. 
Lorsque je l’ai décidé en octobre 2018, j’y ai pensé chaque jour jusqu’en juin 2019 au moment de partir. 

C’était très excitant de partir seule 5 semaines durant, dans un endroit où je n’avais aucun repère et où je ne connaissais personne. Mais aussi, c’était effrayant. Mais je crois que c’était plutôt une pression saine que vraiment quelque chose de stressant. 

Ce sont 5 semaines pendant lesquelles j’ai pu rencontrer des personnes extraordinaires. Dans notre groupe, les participants venaient du Chili, de Corée du Sud, du Canada ou encore du Vénézuela. Nous avions tous des parcours de vie très différents, des cultures et langues opposées. Mais c’était pourtant tellement simple de communiquer, d’avoir ensemble de vraies et profondes conversations. Des liens très forts se sont constitués avec certains, que je sais que je reverrai.

Le groupe Pranaya 2019
Pranaya 2019

Enfin, c’est aussi l’occasion rêvée de prendre du temps pour soi, pour se recentrer, s’interroger. Bien sûr, partir en stage de Yoga durant 4 jours, c’est appréciable. Partir en vacances pendant 2 semaines, aussi. Mais se rendre à l’autre bout du monde, seule, sans vraiment savoir ce qu’il va se passer, c’est une réelle coupure bénéfique. Je ne peux que recommander à tous de le faire une fois au moins dans sa vie. 

Découvrez aussi

Laisser un commentaire