Accueil Penser Et si se ressourcer c’était ne rien faire ?

Et si se ressourcer c’était ne rien faire ?

par Caroline
se ressourcer yoga

Ne rien faire. Beaucoup de gens ont peur de ne rien faire ; ne rien faire le soir en rentrant de leur travail, ne rien faire de leur dimanche après-midi ensoleillé. Comme si ne rien faire était le signe d’une vie fade ; d’une vie sans amis à qui l’on écrirait un jeudi soir leur demandant s’ils sont partants pour prendre un verre à la maison. Une vie sans passion ni envie.

Alors on se force à trouver une occupation. On lit les nouvelles sur l’iPad, on scrolle notre feed Instagram, on allume la télévision. Ayons l’air d’avoir quelque chose à faire !

Il y a encore quelques années, c’est ce que moi aussi je faisais. Je trouvais ça bête de ne pas avoir d’activité, ne serait-ce que durant 5 minutes entre le moment où je relevais le courrier et celui où je m’apprêtais à cuisiner le plat du soir.
J’avais l’impression que mon cerveau ne s’arrêtait jamais de fonctionner, que je réfléchissais à plein de sujets simultanément et que j’en oubliais d’autres.
Et si se ressourcer c’était ne rien faire ?

Oula ! Un saut vers l’inconnu !
La première fois, je me suis installée sur mon tapis de Yoga et avant de commencer toute pratique méditative et posturale, je suis restée là, face à mes baies vitrées donnant sur les arbres. Je regardais dehors (et j’ai vu un écureuil courir de branche en branche :)), je regardais l’intérieur de mon appartement, j’écoutais les bruits. 15 minutes se sont écoulées à ne rien faire. Et c’était plaisant.

Je me suis rendu compte que ça ne me posait pas de problème de penser que je n’avais eu aucune activité pendant un quart d’heure. Vous allez me dire « Si, tu as une activité cérébrale, tu regardais les arbres, donc tu faisais bien quelque chose ! ». Là, je parle de laisser les choses se faire. De ne pas s’atteler à une tâche. De laisser aller son esprit.

Ces moments d’ennui, je tends à les répéter chaque jour, dans mon fauteuil ou ailleurs. Parfois, ça dure à peine deux minutes, alors qu’à d’autres moments presque une heure se sera écoulée sans que je n’aie fait quoique ce soit.
J’en retire un certain bien-être. Laisser vagabonder mes idées, mes yeux, mes sens, a un effet calmant je trouve.
Et si se ressourcer c’était ne rien faire ?

Cela me fait penser à la notion de patience. Airpods vissés dans les oreilles, téléphone dans les mains… Rares sont les personnes que je croise dans la rue ou les transports publics qui ne font rien. Quand je vois aussi des personnes faisant la queue à un guichet, c’est en tapotant sur leur smartphone qu’ils attendent leur tour… On n’ose plus patienter en s’ennuyant.

Je lisais un article publié dans le Time très intéressant à ce sujet. La maître de conférence en psychologie, Sandie Mann, explique très justement que l’ennui est excellent pour votre esprit et qu’il favorise votre imagination et votre productivité.

Alors, comment y parvenir ?
Comme je le disais au début de ce billet, il ne s’agit pas d’aller sur les réseaux sociaux… Il faut faire simple : s’accorder du temps, s’asseoir et fermer les yeux, faire de longues marches… Ne rien faire.

Ennuyons-nous !

Découvrez aussi